Moonfish | Outils de modélisation pour la gestion durable des ressources halieutiques en Corse
WorkPackages  |
WP5 : Aide à la décision

Structures impliquées : Univ Corse, OEC, STARESO, CRPMEM

Dans cette action nous développerons un modèle éco-systémiques du système halieutique formé par les pêcheries en région Corse, basé sur la collecte et le traitement des informations acquises dans le WP1, sur l’analyse bioécologique pour des modèles structuraux sur un environnement de modélisation et de simulation spécifique développé dans le WP4, et d’une approche économique de calcul des coûts et des recettes. L’objectif principal est de décrire les interactions entre flottilles exploitant les stocks, et les conséquences biologiques et économiques. Ce modèle permettra de simuler l'impact de diverses mesures de gestion et de proposer des stratégies de pêcheries adaptées à la préservation des ressources et des gains pour les pêcheurs.

  1. Modèles de gestion durable. Proposer un modèle de gestion durable de la ressource associé à un niveau de revenus acceptable pour les pêcheurs et un problème complexe d’optimisation relevant du domaine de la Recherche Opérationnelle (RO). La complexité du système étudié vient de l’interaction à différentes échelles spatio-temporelles de plusieurs phénomènes liées à l’environnement, à la ressource, aux bateaux de pêches ou encore au contexte économique comme le prix du poisson ou du gasoil. Cela revient donc à minimiser ou à maximiser des fonctions de coûts, auxquelles s’ajoutent des contraintes sur les données ou les paramètres des fonctions afin de trouver « de bonnes solutions ». Pour cela nous utiliserons des méthodes issues des méta-heuristiques qui constituent une alternative pour l’optimisation de notre problème (il est à noter ici que celui-ci est NP-complet). Le logiciel de simulation permettra alors de trouver un ensemble de solutions convergeant vers des attracteurs maximisant les paramètres d’intérêts (variables) telles que la rente des pêcheurs et la biomasse, décrites sous la forme de fonctions de coûts. Il sera possible d’estimer la quantité de biomasse à prélever pour chaque espèce tout en maintenant les stocks à des niveaux acceptables.
  2. Outils décisionnels. Dans cette partie nous étudierons plusieurs scénarios d’exploitation des ressources afin de tester virtuellement des stratégies de gestion et de développement. Les retours d’expériences permettront d’engager des discussions avec les professionnels, gestionnaires et institutionnels afin de lancer un processus d’évolution des mentalités et des usages. 
  3. Zones à protéger - ZCH – gouvernance. Basée sur les résultats de la partie 3, ci-dessus, et l’ensemble des connaissances que nous aurons acquis, cette action vise à identifier les zones à fort potentiel écologique ou économique afin d’engager des mesure de protection, de bonne gestion, ou exploitation.

 

L’objectif de ce WP sera d’identifier et de mettre en avant les limites de la gouvernance nationale et européenne. En corrélant leur préconisation et nos résultats, nous pensons pouvoir montrer qu’imposer un politique globale sans tenir compte des spécificités des territoires n’est pas une stratégie pérenne pour l’emploi local et les ressources naturelles. 

 

En perspective, l'étude de modèles économiques simples et théoriques sera abordée. Pour qu’un pêcheur puisse améliorer ses revenus il doit maximiser un indicateur correspondant à la rentabilité, c’est-à-dire optimiser l’écart entre les dépenses et les rentrées. Les dépenses s’exprimeront sous la forme d’un modèle bioéconomique qui prend en compte les coûts fixes (étalés sur une année : équipage, bateau, entretien, …) et les coûts variables (s’appliquent à chaque sortie en mer : carburant, avitaillement, intéressement, entretien, …). La formule correspondant aux recettes dépend essentiellement du prix de vente de l’espèce péchée. Des modèles économiques plus réalistes pourraient être  développés dans le cadre d’un futur projet. 

Page mise à jour le 31/08/2018 par ERIC DURIEUX